up_arrow
 

GUIDE ACHAT

Assurance autonomie

Suite à un accident ou à la vieillesse, certaines personnes perdent totalement ou partiellement leur autonomie physique ou mentale. Or, les subventions de l’Etat ne suffisent pas pour financer la dépendance : à domicile ou dans un établissement spécialisé. Heureusement, des prévoyances spécifiques existent et s’y abonner ne serait pas superflu. Afin d’éviter les imprévus, vous pouvez contracter une garantie dépendance, également connue sous le nom d’assurance autonomie.

 

Comment ça marche ?

On parle surtout d’incapacité physique ou mentale quand une personne ne peut plus effectuer seule un certain nombre de tâches de la vie quotidienne comme se laver, s’habiller, se déshabiller, manger, boire, aller à la toilette ou encore se déplacer. L’assurance autonomie a été faite afin de prendre en charge ces personnes dépendantes totalement ou partiellement. On parle de dépendance totale lorsque la personne n’est plus apte à se nourrir, à bouger, à faire sa toilette ou à se vêtir. Dans ce cas, l’assureur verse toute la rente. La dépendance partielle est proclamée lorsque la victime a besoin d’une assistance pour se lever, faire à manger, faire le ménage ou pour faire sa toilette.

Les personnes victimes d’une perte d’autonomie peuvent continuer à vivre chez elles grâce à une assistance à domicile. Les assureurs proposent un accompagnement progressif en cas de dépendance. Ils accordent une rente à vie afin de financer le maintien à domicile et diverses options pour renforcer la couverture. Mais pour pouvoir profiter à l’avenir de ces dédommagements, vous devrez verser une cotisation mensuelle d’une dizaine d’euros. Le montant de la cotisation annuelle dépend des garanties optionnelles que vous choisissez, de l’option de perte de dépendance, de votre âge et de votre santé pendant la souscription. Pour la rente mensuelle, c’est vous qui fixerez le montant qui sera revalorisé chaque année. Notez que ces rentes viagères flexibles sont affranchies d’impôts et de tous prélèvements sociaux. La couverture est immédiate à la suite de l’accident et les rentes sont sans franchise.

Selon les besoins de l’assuré, il peut bénéficier d’une assistance qui simplifiera grandement sa vie. Avec ses plans d’autonomie, il se verra offrir les services d’une infirmière ou d’une aide ménagère sans toucher à ses épargnes. Avec cette garantie autonomie, les proches n’auront pas à supporter les frais de la perte de dépendance de la personne en question. Concernant l’aménagement des matériels nécessaires, la compagnie d’assurance vous mettra en relation avec des services spécialisés dans le bien-être et le confort.

Avant d’accepter votre souscription, les assureurs qui offrent ce type de garantie évalueront la perte de dépendance à l’aide de la grille nationale ou l’AGGIR ou l’Autonomie Gérontologie Groupe Iso-Ressources. Sachez que l’évaluation à partir de cette grille repose sur l’autonomie physique et psychique. Elle jauge ce que fait seule la personne et différencie ce que la personne peut faire ou veut faire.

Cette prévoyance est un soutien significatif pour toute la famille. Pour les proches, la protection aide à s’organiser et à avoir du temps libre pour soi, tandis que pour les retraités, elle contribue à bien vieillir sans mauvaise surprise et à maîtriser son budget.

 

Les différentes options de l’assurance autonomie

Ces contrats dépendance ont plusieurs niveaux de garanties avec différentes options, mais il serait judicieux de choisir la plus complète. On parle de garantie complémentaire dans le cas d’un accompagnement des familles, d’un suivi psychologique, d’un service d’aide, d’un accompagnement administratif ou encore d’une recherche d’un endroit pour un placement.

 

Aspects juridiques

Pour les personnes âgées ou handicapées victimes d’une perte de dépendance, la loi stipule qu’elles doivent être prises en charge par la famille, notamment ses enfants ou sa descendance directe. Ces derniers seront vus comme des aidants familiaux et des aidants formels. Les aidants familiaux s’occupent des personnes non autonomes en les aidant à faire les courses, la visite chez le médecin, le ménage, la préparation des repas, la prise des médicaments, la gestion administrative, la toilette quotidienne et l’hygiène corporelle. Si la famille ne peut plus subvenir aux besoins de la personne en difficulté ou si cette dernière nuit à la vie familiale, la famille peut la mettre dans un établissement spécialisé ou dans des maisons de retraite.

Il est important que vous sachiez que seules les personnes entre 18 et 74 ans ont le droit de souscrire à un contrat d’assurance autonomie. Avant de signer l’accord, vous devrez vous munir d’une déclaration d’état de santé. Il se pourrait que l’on vous demande également de remplir un questionnaire médical complémentaire.

Cependant, pour octroyer des indemnisations, la perte de l’autonomie doit être vue par le médecin traitant de l’assuré et le médecin délégué par la compagnie d’assurance.

Questions fréquentes

Quels sont les signes d’une perte d’autonomie ?

 On reconnaît une perte de dépendance d’une personne en voyant un changement dans son comportement. Parmi les signes visuels, on notera l’apparition de troubles de l’équilibre et des altérations étranges du comportement, un changement d’habitudes alimentaires ou des signes de dépression.

 

Pourquoi contracter une assurance dépendance si je suis déjà souscrit à une complémentaire santé ?

 Sachez que la Sécurité sociale ne rembourse pas totalement les frais d’aide à domicile ou d’hébergement dans un établissement spécialisé.

 

Quand est-ce qu’il faut avoir recourt à l’aide à domicile ?

 La famille peut faire appel à cette assistance quand elle n’arrive plus à gérer les tâches de la vie quotidienne, lorsque la personne en question déprime ou que son hygiène corporelle est négligée. La famille peut également avoir recourt à un soutien quand la personne âgée n’arrive plus à se nourrir correctement.

 

Qui peut décider si la famille peut avoir une aide à domicile ou non ?

 Cette prérogative revient au médecin traitant de la famille et seulement à la demande de la famille ou des voisins. C’est également lui qui décide si la personne victime d’une perte d’autonomie doit aller ou non dans une maison de retraite.

 

Quel est l’âge idéal pour souscrire à une assurance autonomie ?

 Le meilleur moyen de limiter le coût est d’anticiper la dépendance et donc de contracter rapidement une garantie autonomie. Vous pouvez le faire dès l’âge de 18 ans, mais pourquoi se précipiter. Toutefois, faites-le avant d’atteindre la soixantaine, car les assureurs prennent en compte votre état de santé actuel et votre âge. Ainsi, l’idéal est de se rendre chez votre assureur aux environs de la cinquantaine.

 

Vers qui se tourner pour contracter une assurance autonomie ?

 Comme toutes les assurances, la garantie dépendance nécessite une démarchage afin de trouver les meilleures prestations à petit prix. L’idéal serait d’approcher les assureurs qui proposent un grand choix de garantie dépendance. Vous trouverez facilement différentes offres à différents prix. Vous pouvez également vous rendre dans les banques même si l’assurance autonomie y est encore peu développée. Néanmoins, certaines d'entre elles proposent des contrats de dépendance pour tout public. Sinon, faites appel à un courtier.

 

Est-il judicieux d’avoir recours aux services d’un courtier ?

 Vu que la prévoyance autonomie est non négligeable, il serait sage de demander l’avis d’un courtier indépendant ou d’un conseiller, car vous devrez trouver un contrat en fonction de vos besoins et votre budget. De plus, vous pouvez vous perdre dans les différentes offres. Avec un courtier à vos côtés, il sera plus facile d’obtenir un contrat intéressant à moindre prix. Avec ses réseaux de contacts, vous aurez en un rien de temps un contrat d’assurance autonomie avec des tarifs satisfaisants.

 

Dernières évolutions :

L'incapacité touche environ près d’un million de Français, soit environ 60% des aînés. La cause de la perte de dépendance est souvent la maladie d’Alzheimer. Les spécialistes estiment que d’ici 2 ans, les 85 ans et plus seront dans les 1,85 millions. Ce qui représente une hausse importante des personnes en situation de dépendance. La prise en charge est nécessaire, c’est pourquoi le gouvernement incite la population à souscrire à une assurance dépendance.

 

Une question au sujet de cette catégorie